Blackbird Hill


09 Novembre 2015, 18H30 , j’ai donné rendez vous à Alexis et Maxime du groupe BLACKBIRD HILL au Central PUB à Bordeaux. Autour de quelques verres, pour fêter l’anniversaire ce jour là d’Alexis. Nous avons passé deux heures à parler de leur groupe, bien évidement mais aussi, d’une réflexion plus globale sur la vision de la  musique d’aujourd’hui..

Crédits Photos Michaël TIRAT

Crédits Photos Michaël TIRAT

Bonjour Blackbird hill !

Comment allez vous ?

Alexis : Bien, très bien !

Deux rockeurs en face de moi  ! Deux rockeurs qui nous délivrent un blues diabolique, sauvage ! Ou voulez vous nous emmener? En Amerique du nord? ! Sur la route 66?

Alexis : Effectivement ça fait partie des lieux qu’on apprécie énormément, qui font partie de nos influences, mais on veut vous emmener tout simplement là où on est, dans notre univers.

Maxime : Oui, là où on aimerait bien aller, mais où on ira jamais, car en fait c’est juste une sorte de fantasme. Ce sont des patchs de moment , d’univers qu’on colle les uns aux autres et je pense qu’on ne peut pas les retrouver véritablement quelque part.

Pourquoi ce nom ? J’ai vu après avoir mené ma petite investigation, qu’il y avait la légende de Blackbird hill  dans le Nebraska ! Blackbird hill étant devenu un Site hanté depuis qu’un indien ait été brûlé sur son cheval ! Est ce l’origine du nom du groupe ?

Alexis : Il y a un rapport avec ça, l’histoire des indiens autour de  cette colline effectivement,mais pas que ! Mais tu es la première à te renseigner sur notre nom et à trouver !Félicitations !

Maxime : Cette légende fait partie de l’univers qu’on se crée et de ce qu’on essaye de retranscrire dans la musique, les visuels ( les attrapes rêves, les plumes, cet univers amérindien, américain , traditionnel.

Comment vous êtes vous rencontrés? Le groupe existe depuis combien de temps ?

Maxime : Sur Meetic ! 

Alexis : On s’est rencontrés au collège pour la première fois. On a grandit dans la campagne, dans deux villages côte à côte,  à côté de Bordeaux rive droite ! On était en 6eme on avait 10 ,11 ans. Etant jeunes, on était pas encore tout à fait dans cette mouvance musicale, cette passion qu’on a aujourd’hui. On a continué à se suivre au collège jusqu’au lycée où là on a commencé à devenir vraiment amis.

Maxime :  Il y a trois ans de ça , on s’est dit on va monter un groupe , et plutôt que de chercher à réunir des personnes autour de nous , on s’est dit putain à deux ça peut le faire !

Alexis : C’est vrai qu’on s’est retrouvé dans une période charnière de ce que je vivais à l’époque où je me retrouvais à la fin d’une période personnelle, et où tout est possible. Et du coup on s’est retrouvé avec Maxime et on a fait un peu le bilan de ce qu’on avait fait l’un et l’autre, et on s’est mis d’accord sur un point, pourquoi pas monter un groupe ? Et tout s’est fait très vite !

 

BBH-EP

Crédits Photos Michaël TIRAT

 

Qui compose! Qui écrit les textes?

Alexis : Nous deux ! C’est Blackbird Hill qui compose ! C’est comme ça qu’on arrive à trouver quelque chose qui nous ressemble autant à l’un qu’à l’autre et qu’on arrive à avoir des morceaux où on arrive à chanter tous les deux des parties vraiment différentes. Un  texte, une composition peut venir de l’un de nous deux car ça vient forcément de l’un ou de l’autre. On s’attache vraiment au fait de mélanger tout ça et faire passer cette composition  par le filtre de Blackbird Hill , ce qui fait qu’au final la composition et les textes nous appartiennent à tous les deux.

Les titres de l’Ep enregistrés en Mai 2015, s’enchainent sans difficulté. C’est fluide tout en restant dans un esprit sombre que ce soit pour la pochette ou pour  les paroles . Pourquoi cet univers aussi sombre et où l’avez vous enregistré ?

Alexis : Car c’est un univers qui nous ressemble et c’est aussi puisé  dans ce qui nous touche le plus dans notre vécu. Les titres ont  été  enregistrés dans les studios de Rock et Chanson à Talence, mixés et mastérisés  par Gabriel ZANDER qui travaille avec Mars Red Sky. Une très grosse partie a été enregistrée en studio mais un son « live » , c’est comme ça qu’on apprécie la musique . Pour nous un album ce n’est pas de la musique morte mais c’est un teaser de ce que tu  va aller voir en live et non l’inverse !

Comment s’est fait la rencontre avec votre label MIAOU RECORDS ?

Maxime : Le label est venus vers nous . C’est notre première signature, et c’était leur première signature. C’est un label qui n’a pas vraiment d’orientation artistique , c’est plus un label qui envisage les choses à un niveau  associatif , qui se veut participatif. Donc c’était une époque où on pouvait s’entraider, le label venait de se créer , le groupe venait de se monter.  C’était aussi le fait de travailler à taille humaine et envisager les prochaines sorties à des échelles qui soient réalistes, qui conviennent à notre parcours.

Où répétez vous ?

Alexis : On répète à Rock et Chanson.

Maxime : On fait tout là-bas, on écrit là -bas, on enregistre là-bas, on traîne la bas. c’est  la maison pour nous, il manque juste un bar ! (rires)

Une batterie deux vois , un duo à la Black Keys , des accents de Black Rebel Motorcycle Club : quelles sont vos influences?

Maxime :  Alexis va avoir la patte pour tout  ce qui est vraiment folk, country blues, tout ce qui est vraiment à l’ancienne , et de mon côté, c’est moi qui avait apporter le plus de tout ce qui est rock récent,  par exemple  les  Raconteurs, Queen of the stone age, effectivement Black Rebel Motorcycle Club. On apporte chacun nos influences et voila  comment on arrive à créer notre style !  On est très intéressés aussi par la genèse de la musique américaine, à fond sur tout ce qui est documentaire autour du côté vraiment rural du blues , de la folk…

sans-titre-15-Modifier

Le lieu où vous adorerez jouer ?

Alexis : Là dans le coin, on a fait à peu près toutes les salles dans lesquelles on aimerait jouer  mis à part le Rocher de Palmer,  mais en même temps c’est costaud. Ça pourrait être pas mal !

Maxime: Moi je n’ai pas d’endroits particuliers qui me  viennent à l’esprit , ce  serait plus une demande. L’endroit dans lequel j’adorerai qu’on se produise, ce serait un endroit où les gens viennent pour écouter de la musique, qui viennent pour le concert, pour apprécier la prestation d’un groupe , et pas juste se retrouver autour d’une bière en écoutant de la musique… Ce sont des choses qui manquent aujourd’hui je pense, en France notamment.  Effectivement il y a des concerts qui s’organisent mais de moins en moins de gens viennent pour écouter des concerts et voir des groupes se produire en live , voir réellement une prestation et apprécier celle ci . La démarche même d’aller voir un concert parce qu’on a envie d’aller écouter la version vivante de la musique, se perd un peu aujourd’hui , je trouve. Pour nous c’est cela qui compte en fait ! Ça se perd car les gens on l’habitude  d’écouter des centaines de groupes, des centaines d’albums ; On connait tous , et moi le premier ,  un paquet de groupe qu’on ne verra jamais en concert et ça c’est mon grand regret. Apprécier la musique de façon vivante éphémère , instantanée, sincère ! C’est comme cela qu’on touche le plus les gens.

Votre meilleur souvenir de scène ?

Alexis : On a commencé la scène il y a deux ans. On a pas mal tourné avec juste une maquette car  on a commencé à faire deux trois concerts et après on a plus eu besoin de démarcher car les gens venaient facilement vers nous puis  on a fait quelques tremplins ce qui a augmenté notre visibilité.

Alexis : Et on s’est vite retrouvé à enchaîner les concerts,ce qui est très cool ! Mon meilleur souvenir de scène jusqu’à présent, ça reste la Release Party qu’on a fait à L’ Antirouille , en mai dernier,  accompagné par le système de la forge.  On a préparé  tout ça à l’avance, c’ était carré .. Et cela a généré beaucoup de stress pour moi mais au final au moment de monter sur scène on a rempli l’Antirouille , et les gens étaient la pour nous et ça m’a beaucoup touché ! Toute l’équipe de Rock et Chanson s’est affairée  à préparer l’accueil de cette Release. C’est une petite  salle avec une petite jauge de 160 personnes  et il y avait un peu plus de 130 personnes ce soir la donc c’était vraiment une belle soirée, un bel accomplissement pour nous.

Maxime : Moi mon plus beau souvenir de scène remonte aux Campulsations  où on a joué  vers 22h, mais il y avait vraiment beaucoup de monde   ! Le fait d’être sur scène avec le bruit de cette foule entre tous les morceaux c’était incroyable. Et le plus beau souvenir de ce concert est de voir des gens que je connaissais absolument pas, devant au premier rang , qui chantaient  les paroles de nos morceaux.

BBH-EP-81-Modifier

Crédits Photo Michaël TIRAT

Le groupe avec qui vous aimeriez jouer?

Maxime : Blackwater Fever !

Alexis : Ils sont tous morts quasiment ! Mais je rejoins Maxime là dessus , Blackwater Fever.

Un groupe coup de coeur de la scène bordelaise rock actuelle ?

Alexis:  Nous n’en n’avons pas..  D’ailleurs c’est un peu compliqué  pour nous de trouver un groupe avec lequel jouer, car les esthétiques qui se pratiquement  maintenant ne nous attirent pas du tout. La scène bordelaise actuelle  ne répond pas  aux influences qui sont les nôtres, à l’identité de notre groupe  et  à l’idée qu’on s’en fait…

Maxime : Mais on a quand même des contacts avec pas mal de musiciens sur Bordeaux et on s’entend vraiment bien avec eux.  Il n’y a aucune animosité dans tout ça mais ce sont des états d’esprit et on aime bien quand un groupe devient un courant musical , identifiable à un son. En France on aime beaucoup LAST TRAIN on les a vu deux fois sur scène et on s’est dit que c’était  ça qu’on voulait exprimer.

Puisque votre univers est assez cinématographique,  quel est votre film préféré?

 Alexis  : Le film référence pour moi ce serait « Il était une fois dans l’Ouest ».

Maxime  Pour moi ce serait  » Le droit de tuer ».

BBH-EP-65-Modifier

Crédits Photo Michaël TIRAT

Le dernier album ou vinyle  que vous avez acheté ou télécharge?

Alexis : Le premier album des Louvin Brothers, duo de country.

Maxime Je viens tout juste de m’acheter en vinyle le dernier album de Graveyard. Je ne l ‘ai  même pas encore  écouté , je ne sais pas ce que ça va donner mais ça va être la surprise !

Le dernier concert où vous êtes allés ?

Maxime : Pokey lafarge en club à Barbey , on s’est éclatés !

Alexis : C’est un mec qui a sorti son premier album chez Thirdman records, qui a été repéré par Jack White.

Votre morceau fetiche hors composition ?

Alexis : Un morceau de Blind Willie johnson  « Dark was the night ».

C’est un morceau que  j’affectionne particulièrement , je le connais par coeur mais j’ai l’impression  à chaque écoute de l’entendre pour la première fois et ça c’est quelque chose qui se perd.

Maxime : Burning bush  de 16 Horsepower.

Vos projets à court et moyens termes?

Maxime : A très court terme on espère survivre à son anniversaire ! ( rires). Apres plus sérieusement de nouveaux morceaux , on en restera là

Alexis :  Là au niveau du groupe on essaye de faire vivre l’Ep , de jouer un maximum ailleurs , d’augmenter le rayonnement au delà de Bordeaux et de la région. On revient justement de deux dates à Lille et en Belgique,avec un super accueil et beaucoup de monde.

La question de Kick out the jams : Fernder ou Gibson ?

Alexis : Moi je suis polygame ! Les deux !

Maxime : Une Gibson stratocaster c’est très bien ( rires ) . Non je vois trop de Fender sur scène maintenant, il y a des Jaguar partout , des Jazzmaster aussi.

Le mot de la fin ? 

Alexis : Vivement qu’on retourne sur la route . on est rentré hier et ça nous manque déja.

Maxime : Vivement qu’on reparte . on aime cet endroit autant qu’on le déteste .

Vous pouvez les retrouver sur 

INTERNET,  

FACEBOOK

BANDCAMP,

 YOUTUBE

 

Clara.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s